Le goût du thé, celui du vent d’Eve Borelli

Je ne fais décidément que des retours de lecture « copinage ». Mais il faut dire que j’ai un large cercle d’amis écrivains, et que j’aime lire ce qu’ils font!
Je lis lentement, mais je lis passionnément, et désormais je vais m’appliquer à rédiger un petit avis sur mes lectures. Histoire de soutenir mes confrères et consoeurs avec un commentaire sur amazon, mais aussi pour vous faire découvrir, mes chers lecteurs bien aimés, des fictions qui pourraient aussi faire votre plaisir ♥

Aujourd’hui, je vous parle d’un petit roman d’Eve Borelli : « Le goût du thé, celui du vent ».

Je connais Eve depuis plus d’un an, et nous papotons allègrement sur les réseaux et par téléphone de nos joies et déboires de romancières. J’ai pu la croiser au Salon du Livre de Paris en mars 2016, et lui faire enfin une bise bien réelle. Ce qui est un comble parce que nous habitons le même département dans le Sud de la France, Haha!
Bref, au Salon, elle était invitée par les éditions Nisha pour dédicacer son roman, et je ne me suis pas faite priée pour m’en faire signer un exemplaire.
Il a fallut attendre juillet, et un long voyage en car (11h de trajet !) pour que puisse enfin me plonger dans la lecture de cette jolie petite histoire.

4e de couverture :

Élinor est une curieuse jeune femme passionnée par le thé. Elle parcourt le monde pour le faire découvrir sur sa chaîne Youtube, revenant à Gruissan uniquement pour s’occuper de sa petite boutique ; adorable lieu de rencontre, son rêve d’enfant. Une vie calme et douce, soudainement envahie par le trouble, lorsqu’en plein orage, Élinor rencontre le bel Amaury, kitesurfeur et chasseur de tempêtes aux quatre coins du monde. La romantique saura-t-elle convaincre l’homme blessé de remplir sa vie d’amour plutôt que de bourrasques ? Une comédie touchante, tendre et drôle, pour les soirs de mauvais temps ou les journées ensoleillées. À savourer, quelle que soit la météo.

 

Mon ressenti de lecture :

Ce petit roman m’a offert un délicieux moment de détente, sucré de rires et de sourires. Un peu comme prendre le thé avec des amies.

Dès les premières pages, dès le premier chapitre, on est happé dans l’univers loufoque d’une nouvelle héroïne attachante, comme Eve Borelli en a le secret. Elinor est passionnée de thé, et pour les fans de sa chaine youtube dédiée, elle est prête à tous les dangers. Y compris à se frotter à un superbe specimen de mâle des mers ! Cette rencontre assez folle avec le personnage d’Amaury (kitesurfeur à croquer) nous entraîne avec eux dans la romance.

La plume de l’auteure est fraîche et guillerette, pour coller au plus près de cette héroïne amusante. On pense avec elle, ressent avec elle, frémit et rêve avec elle… C’est souvent ainsi avec Eve Borelli : le monde de ses histoires est joyeusement dingue.
Si le genre romantique est respecté de façon fidèle et classique (et j’aime!), les personnages sont très travaillés, avec une psychologie fine et un passé passionnant. On s’attache à Elinor, on tombe amoureuse du beau kitesurfeur, et on a toutes envie d’avoir une meilleure amie comme Juana !

En bref : un roman qui fait du bien, du début à la fin ♥