Salon Livre Paris 2016

 

A mon éditrice, il y a quelques mois …:
« Si je veux venir au Salon du Livre de Paris en mars, pour dédicacer un extrait de mon roman que vous viendrez juste de sortir ?!
Évidement que OUI !  »
(genre j’allais faire la fine bouche, franchement)

Et voilà comment j’ai vécu récemment un très palpitant événement littéraire ♥

Retour en vrac et en images (pixélisées parceque récupérées sur Facebook)


Est il utile de préciser à quel point j’étais excitée par l’idée ?
Je ne suis pas (encore?) connue des lecteurs et lectrices. Si j’ai démarré ma carrière il y a bientôt deux ans, publié mon premier ouvrage (La Love Compagnie #1) l’an dernier et mon premier roman dans une grande maison d’édition (Miss Exquise) ce mois ci , pour le commun des gens, je ne suis personne.
En soi, ça n’est pas grave. Mais pour être lue, c’est problématique !
Pour être lu, il faut être vu. Car les lecteurs se laissent rarement tenter par un livre d’un auteur dont ils n’ont pas entendu parler.
Donc au delà de l’importance du Salon à mes yeux d’écrivain (HAAAAAA le Salon du livre de PARIIIIIIIS !) , c’était une occasion en or massif et paillettes de venir à la rencontre de mes futures lectrices.

 

annonce harlequin2
Ma séance de dédicaces était organisée pour le vendredi soir.
J’ai donc embarqué le strict minimum dans ma valise : deux robes de pin-up, deux paires d’escarpins, des livres, mon cahier de travail, mon stylo plume adoré avec sa bouteille d’encre, mon badge d’entrée au salon, du make-up, un collier de perles et PompierChéri.
Oui, oui… PompierChéri… l’amour de ma vie (depuis six mois haha!), rencontré pendant l’écriture de La Love Compagnie #2. Je le dis et le répète, la romancière est une héroïne de romance comme les autres ! 😀

Je reprends.
J’ai donc embarqué le strict minimum dans le TGV vendredi matin, pour arriver sur Paris 3h30 plus tard, le coeur au bord de l’explosion de joie.
Et de stress, je ne le cache pas. Le passage à l’hôtel pour poser nos affaires et me refaire une beauté a permis de retrouver un peu mes esprits et un minimum de calme.

J’étais très attendue sur le stand Harlequin… par mes collègues auteurs de la maison !
Ce fut un vrai plaisir de voir « en vrai » et de faire la bise à ces personnes que j’admire et avec qui j’échange tant sur les réseaux sociaux. Nous sommes un petit groupe convivial, quasiment des amis, et les vraies rencontres ne peuvent que resserrer nos liens.
Ainsi, Valery K.Baran, Gilles Milo-Vacéri, Léna Forestier, Louise Manet et Hope Tiefenbrunner m’attendaient.
Plus tard dans la soirée j’en ai vu beaucoup d’autres !
(attention name droping en masse, et j’en oublie peut être )
Angéla Morelli, Emily Blaine, Rose Morvan, Cécile Chomin, Louisa Méonis, Marie Lerouge, Mily Black, Marie Laure Bigand et Julien Tubiana.
Bref, que du bonheur.

Ça y est, j’ai encore perdu le fil.
Oui, donc, dédicaces!
Harlequin avait fait imprimer un livret papier du début de mon roman, exprès pour le salon. Un extrait gratuit, superbe, avec la magnifique couverture en papier glacé. C’était juste canon.
Et c’est à l’intérieur de cette petite merveille que j’ai eu le plaisir de dédicacer.

par fanny
par ma cousine Fanny
cliché Harlequin
cliché Harlequin

J’ai souris aux photographes asiatiques (« Très jolie femme » merci!), aux photographes professionnels (« Vous pouvez mettre vos cheveux un peu comme le personnage de la couverture de votre livre? Non, dans l’autre sens. Parfait » ), aux curieux, aux passants (qui souriaient aussi), aux lectrices (qui du coup s’arrêtaient pour une dédicace) et aux blogueuses (« Mais si, j’ai vu passer votre livre sur le net! »).
Avec ces dernières, nous avons beaucoup ri.
Blogueuses littéraires, que les choses soient dites : je vous aime. Toutes.
C’est vraiment une relation particulière qui se tisse aujourd’hui entre les auteurs de romance et les blogueuses.
Nous avons donc causé chaussures et elles m’ont prise en photo debout pour admirer ma robe noire. Mon instant tapis rouge, en somme ♥

cliché pris par Suzie
cliché pris par Suzie
cliché de The Library World
cliché de The Library World
Mes chaussures "Miss Exquise"... des N°21 achetées avec mon avance sur droits d'auteur à la signature de mon contrat Harlequin, ont fait fondre Les Tentatrices !
Mes chaussures « Miss Exquise »… des N°21 achetées avec mon avance sur droits d’auteur à la signature de mon contrat Harlequin, ont fait fondre Les Tentatrices !

D’accord, il n’y avait pas de file d’attente pour mes dédicaces, mais j’étais bichonnée par mon éditrice Sophie, l’équipe Harlequin, les copains auteurs venus m’encourager et mes parents très émus venus voir leur fille aînée au Salon du Livre.

Et PompierChéri ?
Aux anges, le bougre ! Aussi à l’aise que moi, voire plus, pendant mon heure de signature. Avec les lectrices comme avec les blogueuses.
Et ce fut pire encore à la soirée privée Harlequin, au milieu des autres auteures. Elles sont toutes folles de lui, Haha!

 

par suzie1

par suzie2

ces trois photos ont été prises sur le vif par Suzie
ces trois photos ont été prises sur le vif par Suzie

 

Après ces émotions, nous avons passé la soirée entre plumes et l’équipe Harlequin. Mais ce qui se passe entre des mignardises et des flûtes de champagne reste entre les mignardises et le champagne… 😉
J’ai adoré. Au delà des délires, de vrais conversations passionnantes et de vrais échanges d’expériences.

Le lendemain, retour au Salon du Livre, mais cette fois ci en dilettante. C’était moins la course que la veille, puisque je n’étais pas attendue, alors nous sommes arrivés vers midi.
Le stand Harlequin était bondé !
Forcément, Cécile Chomin et Louisa Méonis (connues respectivement pour « Hot Love Challenge » et « Lola, petite grosse et exhibitionniste » ) étaient en pleines dédicaces.
J’étais fascinée par le monde dans les files d’attente, et mon éditrice me soufflait que ça serait encore pire l’après-midi avec la séance d’Emily Blaine.
PompierChéri observait aussi la file et me dit que de nombreuses lectrices avaient l’extrait papier de mon roman entre les mains. Peut être devrais-je leur proposer une petite dédicace pour patienter ?
Une des jeunes femmes présentes l’a entendu, a levé le nez de l’extrait, m’a reconnue sur la photo de 4e de couverture… « Julie? »
Et c’est ainsi que j’ai dédicacé avec plaisir, sur un coin d’étagère du stand, à toutes les personnes qui sortaient temporairement de leur file pour me rencontrer.
Selfies, présentation de mon roman, échanges de cartes et bonne humeur. Une petite animation annexe pour patienter. Tous les exemplaires de l’extrait de « Miss Exquise » sont ainsi partis !

cliché pris par Harlequin. Vous me voyez, là, avec ma robe à fleurs, de 3/4 dos, la plume sur le livre ouvert, au milieu des lectrices aux oreilles attentives ?
cliché pris par Harlequin. Vous me voyez, là, avec ma robe à fleurs, de 3/4 dos, la plume sur le livre ouvert, au milieu des lectrices aux oreilles attentives ?

par pompiercheri

 

Les mains vides et le coeur gonflé de joie après ce bain de foule improvisé, j’ai enfin pu me promener un peu dans le Salon.
Croiser d’autres copines auteures (comme Caroline Costa et Eve Borelli) , passer du temps avec ma cousine -venue pour l’occasion et que je n’avais pas vue depuis plus de 15 ans- , apercevoir des écrivains célèbres, quelques hommes politiques, acheter quelques livres, rencontrer encore des blogueuses et des lectrices qui me suivent sur Facebook, rater de peu l’auteure Amheliie Amhe et l’auteure Clarissa Rivière que je voulais tant voir, recroiser deux ou trois fois ma copine Béli de Livre sa Vie, n’avoir pas le temps de suivre la conférence sur la Dystopie -qui paraissait pourtant passionnante- , s’ébahir devant le monde venu pour Emily Blaine (en effet) , et dire au revoir au Salon du livre de Paris.

Pour finir ce séjour tellement riche en rencontres, PompierChéri et moi nous sommes rendus à un apéritif littéraire ce dernier soir.
Organisé par des gens (adorables!) que je ne connaissais pas quelques jours plus tôt, et dont j’avais entendu parlé par une lectrice-auteure.
J’ai beaucoup aimé cette sympathique soirée et converser avec des lecteurs émus, et des auteurs de maisons un tantinet plus confidentielles ou auto-publiés. Eva Delambre, Marlène Jones, Ena Fitzbel, Bérangère Rozez, Christian Lamant et Jean Baptiste Messier…
J’ai ainsi découvert des plumes et des univers nouveaux et passionnants ! Et des façons d’aborder l’écriture et la publication différentes de la mienne.

Mojitos et dodo.
Le lendemain, TGV pour Montpellier, retour à la maison la tête pleine d’étoiles.

Livre Paris fut un moment fort.
Intense humainement, professionnellement et artistiquement.
J’en reviens avec les idées claires sur mes prochains romans, sur mon rapport aux autres et sur mes projets avec la maison Harlequin.
J’en reviens inspirée.