Vers le papier et au delà !

Ne vous battez pas, les chéris. Je vous aime tous les deux !
Ne vous battez pas, les chéris. Je vous aime tous les deux !

Nombre de mes amis auteurs ne jurent que par les « versions papier », et je les écoutais jusqu’alors en haussant un sourcil.
« Voie Royale » disent certains. Mais vers quoi ? Ça me laissait toujours perplexe.

Est ce parce que je débute ? Parce que mes contrats d’édition ont été signés dans le cadre d’une publication numérique ? Ou parce que j’ai totalement intégré le fait qu’une maison d’édition va d’abord publier un nouvel auteur en ebook, avant d’investir dans une éventuelle impression papier ?
Un peu de tout, sans nul doute.

Aujourd’hui, par un chemin inattendu, mon avis est en train de changer.
Et c’est ainsi que j’ai décidé de faire une version livre papier de « La Love Compagnie » !

En tant qu’auteure, j’étais convaincue –et je le suis encore– que le support importe peu. C’est le contenu, le texte, le livre, qui compte !
Qu’on le lise sur tablette, liseuse ou bouquin papier.

Mais l’expérience de l’auto-édition m’oblige à voir les choses sous un autre angle…
En tant qu’éditrice, je me mets à réfléchir à ce qui plait au lecteur. Car le plaisir de lecture est au centre de ma préoccupation.
Ainsi, alors que je pensais avoir conçu La Love Compagnie –tant en terme de format (court), de mise en page (aérée), que de support (numérique)– pour un public de lecteurs connectés et rompus au digital, le timide décollage des ventes m’a interpellée.

Et si je m’étais trompée ?

Ni le manuscrit ni la couverture ne sont remis en cause, car les témoignages en privé des lecteurs sont aussi enthousiastes que les chroniques des bloggeuses. Ouf !

J’envisageais depuis le début d’offrir la possibilité de faire imprimer à la demande du client des exemplaires papiers, mais retardais la manip par manque de temps.
Ah vous n’imaginez pas comme c’est compliqué de mettre en place un ouvrage numérique sur 3 plateformes différentes déjà !
Bref.

Et, bon, je devais me rendre à l’évidence : un support papier est un bon outil marketing.
Je me souviens de ma petite visite amicale au Sauramps de Montpellier, quand je suis venue faire la bise à mes trois collègues Harlequin-HQN en séance de dédicaces.  C’est la classe !

Du coup, j’ai cherché une solution pérenne d’impression en petites quantités avec l’idée de mettre le bouquin en vente directement dans ma boutique. Ce petit côté « du producteur au consommateur » qui m’amuse.
J’ai trouvé.
BoD.fr

Et là, tout à coup, tout un univers de possibilités s’est ouvert à moi !

L’engouement à l’annonce sur Facebook me fait penser qu’une partie importante de mon lectorat était frustrée par cette histoire d’ebook. J’en suis la première surprise.
Le numérique ne représente que 5% du marché du livre en France. Alors franchement, j’aurai dû m’en douter !

J’ai fait mes calculs en long, en large et en travers pour trouver le parfait compromis entre le prix de vente, le prix de revient et les droits d’auteur.
Si on ajoute la possibilité d’y écrire une petite dédicace avant de glisser moi-même le livre dans l’enveloppe-bulle pour l’expédition, la formule ne manque pas de charme !

Et là, cerise sur le gâteau, en fouillant sur le site d’impression à la demande, je découvre tous leurs services pour les auteurs.
La mâchoire m’en est tombée.
Ah bon ? Je vais pouvoir mettre chaque épisode de « La Love Compagnie » sur les catalogues des libraires ? Genre ma librairie du coin va pouvoir commander des exemplaires pour le mettre en vitrine avec ses petits copains les autres bouquins ?
Ça va être directement distribué chez Amazon, la Fnac et d’autres plateformes, en version papier ?
Y compris à l’International, sans que j’ai rien à faire ?!
Comme… euh… comme un vrai livre normal édité par une maison d’édition traditionnelle en fait !

Entre vous et moi, ça m’a fait un choc.
Une sorte de vertige auquel je ne m’attendais pas. Un wouahou intérieur et incrédule.
Et là, j’ai encore plus la pression pour les prochains manuscrits… HAHAHA !

Mais tut tut tut, ne vendons pas la peau du bouquin avant de l’avoir imprimé.
Les premières épreuves de l’épisode #1 m’arrivent cette semaine. Et j’attends, très clairement, de l’avoir entre les doigts pour être fixée.
Je me croyais droite dans mes escarpins. Les talons bien ancrés sur la terre de l’entrepreneuriat et la tête dans les étoiles de la création artistique. Mais je vous avoue n’avoir absolument aucune idée de l’effet que va me faire ce petit livre papier de 80 pages, avec ma couverture pin-up, mon nom en gros, et l’histoire que j’ai écrite dedans…
Évanouissement ? Cri strident ? Crise Cardiaque ?
Ironie : il va me falloir des pompiers pour m’en remettre ! ♥

En bref, et pour conclure, je vous annonce le début d’une toute nouvelle aventure !
J’ignore où ça va nous mener. Mais allons y joyeusement.
D’ici une semaine, la version papier de La Love Compagnie #1 sera disponible sur ma boutique, au prix mignon de 5€ .
Et quand je me serai remise de mes émotions, je ferai ajouter mon livre aux catalogues des libraires et e-libraires.
Et, et… pourquoi pas organiser une séance de dédicaces !

Enfin, en attendant, j’ai l’épisode #2 à finir d’écrire… 😉